Le Machu Picchu, la "Cité Perdue des Incas"

Sanctuaire historique du Machu Picchu
Sanctuaire historique du Machu Picchu

Depuis qu'il a été découvert en 1911 par l'américain Hiram Bingham, le sanctuaire historique de Machu Picchu est considéré comme un des monuments archéologiques et architecturaux les plus importants de la planète.
A 2400 mètres d'altitude, Machu Picchu nous surprend par la façon dont a été dessinée la Cité Sacrée des Incas, sur une colline étroite aux falaises tombant à pic où coule la rivière Urubamba.

Machu Picchu est une cité entourée de mystères, érigée dans la Vallée Sacrée entre les Andes et la forêt amazonienne, elle est déclarée Patrimoine Culturel de l'Humanité, offrant à ses visiteurs un enchantement inoubliable

 

Localisation de la Cité

 

Le Machu Picchu se trouve entre les montagnes escarpées, à plus de 5500 m d’altitude. On n’y accédait autrefois uniquement par un sentier étroit construit par les Incas (Chemin de l'Inca). Mais aujourd'hui, les milliers de touristes viennent en train pour visiter la Cité Sacrée.


Les touristes les plus courageux arrivent à Machu Picchu en empruntant le chemin de l'Inca. Il y a des parcours de 2 à 9 jours. Les plus courants sont ceux de 2 à 4 jours de randonnée à travers les montagnes. Il faut avoir une bonne condition physique vu que le trajet passe par un col de 4300 m, à travers la neige et redescendant vers la forêt tropicale. Plusieurs ruines de l'empire Inca sont visibles pendant la randonnée.


La cité sacrée est construite entre deux pics escarpés : au sud, le Machu Picchu (vieille montagne) et au nord, le Huayna Picchu (montagne jeune). 800 m plus bas courre l'Urubamba (ou rivière de Vilcanota) entre les parois escarpées de la roche. La végétation, de type subtropical, y est partout luxuriante. C'est le mariage idéal entre la nature et la citadelle des Incas qui rend le lieu unique au monde.

 

Description du site

 

On estime que 1200 personnes pouvaient vivre à Machu Picchu où on a dénombré 200 constructions différentes. D’après les archéologues, le Machu Picchu est divisé en deux grands secteurs : la zone agricole formée par un ensemble de terrasses de cultures qui se trouve au sud ; et la zone urbaine qui est celle, on le suppose, dans laquelle vivait ses occupants et où se déroulaient les principales activités civiles et religieuses. Cette zone urbaine comprenait le quartier sacré, le quartier populaire et le quartier des nobles et des ecclésiastiques.

 

Zone agricole

Les terrasses de cultures de Machu Picchu apparaissent comme de grands escaliers sur le flanc de la montagne. Ce sont des constructions formées par un mur de pierre et un empilement de couches de matériaux divers (grandes pierres, pierres plus petites, fragments de roches, argile et terre de culture) qui facilite le drainage en évitant que l'eau puisse miner la structure (la région subit une forte pluviosité). Ce type de construction a permis que les cultures se poursuivent jusqu'au XXe siècle sans problème. D'autres terrasses de moindre largeur se trouvent dans la partie basse de Machu Picchu, tout autour de la cité. Ce sont des murs de soutien.

 

Cinq grandes constructions se trouvent sur les terrasses à l'est de la route inca qui conduit à Machu Picchu depuis le sud. Elles servaient de magasins. La ville était alimentée grâce à ces cultures en terrasse, qui permettaient de récolter maïs, pomme de terre et divers légumes. Ces champs pouvaient nourrir jusqu'à 10 000 personnes.

 

Zone urbaine

Un mur de 400 mètres de long sépare la ville de la zone agricole. La zone urbaine a été divisée par les archéologues en groupes d'édifices numérotés de 1 à 18, mais Chavez Ballon en 1961 l'a divisée en deux secteurs : un haut (hanan) et un bas (hurin). Cette répartition est plus en accord avec l'organisation de la société et le système andin de la hiérarchie.

Deux axes découpent la ville : le premier est matérialisé par une place large, construite sur des terrasses à plusieurs niveaux. Le deuxième est un large escalier qui fait office de rue principale, avec une série de fontaines d'eau. À l'intersection de ces deux axes se trouve la résidence de l'inca, le temple-observatoire du torreon et la plus grande des fontaines.

La zone sacrée est principalement dédiée à Inti, le dieu soleil, divinité principale du panthéon inca, après Huiracocha le dieu créateur. C’est ici que se trouvent les trésors archéologiques les plus importants : le cadran solaire ou astronomique (Intihuatana) et le temple du Soleil.


Dans le quartier des nobles se situe le Torréon (que Bingham appelait « Tombeau royal »), sorte de tour conique composée de blocs finement travaillés. À l'intérieur, les traces d'un grand incendie sont visibles. Le Torréon est construit sur une grande roche en dessous de laquelle se trouve une petite cavité : c'était peut-être un mausolée pour les momies. Dans la tour se trouvent plusieurs autels sacrificiels. À proximité se trouvaient 142 squelettes, parfois présumés majoritairement féminins. L'hypothèse la plus commune est qu'il s'agirait d'acclas, jeunes filles sacrifiées pour célébrer le culte du Soleil. Cependant, selon l’anthropologue américain John Verano de la Tulane University de la Nouvelle-Orléans, après réexamen des restes humains du Peabody Museum de Yale, ces squelettes trouvés sur le site du Machu Picchu seraient répartis équitablement entre les deux sexes et auraient appartenu à des personnes de tous âges.

 

Toutes les constructions du Machu Picchu sont de style classique inca, c'est-à-dire avec les constructions ayant une surface légèrement plus importante à la base qu'au sommet, ce qui leur confère une bonne résistance aux séismes. Quelques rares murs sur le site sont composés de pierres parfaitement ajustées, mais l'ensemble des constructions est constitué, contrairement aux autres sites de la région, de pierres non ajustées. Les Incas ne faisaient pas usage de ciment sur leurs sites mais sur celui du Machu Picchu, la majorité des murs et des édifices sont constitués de pierres très irrégulières, disjointes et remplies de terre entre elles. Le granit des pierres utilisées pour la construction du site provenait de carrières éloignées, ce qui demandait une ingénierie très évoluée pour faire monter des blocs de pierre pouvant peser plusieurs tonnes jusqu'au sommet de la montagne.


Le plan des constructions semble avoir la forme d'un animal. Il est parfois admis que les Incas donnaient à leurs cités la forme d'animaux sacrés (puma, condor...). Au Machu Picchu, plusieurs formes sont distinguées. La plus fréquente est celle d'un condor, les ailes déployées. Aussi une autre étude, ayant mis en place une règle d'observation fonctionnant sur de nombreux sites incas, accorde à la cité la forme d'un oiseau vu de profil, mais également la séparation en deux zones ayant chacune une forme animale, un caïman et un serpent.

 

C'est sans doute le grand Inca Pachacutec qui demanda la construction de cette cité comme un lieu de culte et de recueillement. La multitude de temples qu'offre la cité l'en atteste, comme le Torreón ou le Temple du Soleil.
Le site du Machu Picchu ne fut jamais découvert par les espagnols. Serait-ce le fameux Eldorado que cherchèrent durant des siècles les Conquistadors ?

 

 

Pour plus d'informations :
http://www.machupicchu.gob.pe/

http://www.peru-machu-picchu.com/ 

Panorama du site
Panorama du site
Plan du site
Plan du site