Le Canal de Panama, Panama, Amérique centrale

Photo aérienne du Canal de Panama
Photo aérienne du Canal de Panama

Long de 77 km, le canal de Panama est un canal maritime, qui traverse l’isthme de Panama en Amérique centrale, reliant l’océan Pacifique et l’océan Atlantique et parmi les plus difficiles à réaliser. Il a eu un impact considérable sur le commerce maritime, puisqu'au lieu de faire le tour de l'Amérique du Sud par le cap Horn, les navires n'ont plus eu qu'à passer par le canal. Ainsi, un navire allant de New York à San Francisco par le canal parcourt 9 500 kilomètres, soit moitié moins des 22 500 kilomètres du voyage par le cap Horn.

 

Il est emprunté par plus de 14 000 navires par an. Des travaux d'élargissement dans le but d'accueillir de plus gros navires ont été lancés en 2007 et devraient être terminés en 2014.

En 2005, on comptait en moyenne 40 navires empruntant le canal par jour.

 

Description


Le canal de Panama relie le Golfe de Panama à la mer des Caraïbes et à l’Atlantique. La forme de l’isthme de Panama, fait que le canal s’étire du sud-est (à partir du Pacifique) vers le nord-ouest (en direction de l’Atlantique).

Le canal peut accueillir aussi bien des yachts privés que des gros navires de commerce.

Il dispose de deux lacs artificiels, de plusieurs canaux améliorés et artificiels et de trois ensembles d’écluses. Un lac artificiel supplémentaire, le lac Alajuela, agit comme réservoir pour le canal.

Les parties les plus spectaculaires du canal sont les écluses qui mesurent 33m de large et 305 m de long.

Les droits de passage dans le canal, basés sur le type de navire, la taille et le type de cargaison, ont rapporté en 2006 1,4 milliard de dollars.

La taxe moyenne versée est de 54 000 $.

 

Lacs Gatún et Alajuela


Le lac Gatún et la rivière Chagres permettent la traversée des navires sur une partie importante de l’isthme. Le lac, formé par le barrage Gatún, tient lieu de réservoir, emmagasine l’eau et fait fonctionner les écluses lors de la saison sèche.

Le barrage Madden a été construit sur la Chagres, d'où le lac Alajuela (ou lac Madden), et constitue une réserve d’eau supplémentaire.

 

Histoire


L’idée d’un canal à travers l’isthme n'était pas nouvelle à l'époque et remontait au XVIe siècle. C'est Charles Quint qui suggéra l'idée qu'un canal à Panama aiderait le voyage des navires allant au Pérou et en Équateur, mais ce projet n'aboutit jamais.

 

Après avoir longtemps pensé à créer un canal au Nicaragua, c'est finalement le succès du canal de Suez, qui a conduit les français à la construction du canal de Panama en 1882 sous la direction de Ferdinand de Lesseps.

Cependant, un tremblement de terre, les glissements de terrains, la fièvre jaune, le paludisme, et la difficulté à domestiquer le fleuve, ont mis le projet à rude épreuve. Gustave Eiffel le sauvera en concevant un système de dix écluses. La construction coûtera la mort à 27 500 ouvriers.

Ces graves difficultés déboucheront sur la mise en faillite de la compagnie en 1889 et déclencheront le fameux Scandale de Panama.

 

Le Traité Hay-Bunau-Varilla de 1903 a conclu la vente des droits d'exploitation et de construction du canal de Panama aux États-Unis.

C’est sous la direction de l'ingénieur en chef, George Washington Goethals, qu’un nouveau projet de trois ensembles d’écluses et d’un lac artificiel voit le jour.

Le canal est enfin achevé et inauguré en 1914, avec plus de dix ans de retard.

 

Bien que rétrocédé au Panama en 1979, le canal est toujours considéré comme une voie d’eau intérieure par les États-Unis : les navires américains ont une priorité de passage sur les autres.

 

En 2003, le chiffre d’affaires annuel du canal a dépassé le montant d’un milliard de dollars. Actuellement, 5 % du commerce maritime mondial passe par le canal de Panama.


Problèmes actuels

 

Efficacité et entretien

Malgré des doutes infondés sur l'efficacité et la gestion du canal après le départ des américains, il semble bien qu'elles se soient améliorées sous contrôle panaméen.

Le retrait des États-Unis a permis au Panama de vendre de l’électricité produite par les barrages : le canal n'en consommant que 25 %.

 

Capacité

Le canal permet à présent le transit de bien plus de navires que prévu.

En effet, en 1934, la capacité maximum du canal était estimée à 80 millions de tonnes par an et en 2005, elle atteignait 278,8 millions de tonnes. Il semble désormais sur le point d'atteindre sa capacité maximale.

 

Environnement

Le canal, en mettant en connexion deux océans normalement isolés et en augmentant le passage de gros navires, reste un puissant facteur de dispersion d'espèces ainsi qu'une cause majeure de fragmentation écologique et de perte de biodiversité.

Les navires et l'entretien des installations sont également responsables de pollutions épisodiques.

 

L’avenir


Avec l’accroissement de la demande, le canal conserve une position stratégique en ce qui concerne le commerce maritime mondial.

Cependant, l’augmentation de la taille des navires montre la nécessité de changements à apporter au canal pour qu'il garde sa part de marché.

 

 

Pour plus d'informations:

http://canaldepanama.com/

http://www.pancanal.org/

http://panamacanalmuseum.org/

Situation du Canal de Panama
Situation du Canal de Panama